Ø Le village d'IMILCHIL

 

 

Présentation de la région

A 2'200 mètres d'altitude au cœur du Haut Atlas oriental relevant de la province d'Errachidia , difficile d’accès, autrefois reliée au monde par des pistes coupées par la neige une grande partie de l’hiver, Imilchil est un petit centre administratif au cœur d’une région rude et belle mais aussi la capitale des Aït Haddidous qui arrivèrent au XVIIème siècle sous le règne du sultan Moulay Ismaïl et qui s'installèrent dans la haute vallée de l'Assif Melloul.

Ils se distinguent de leurs voisins montagnards par le mode de vie et la langue, vivant essentiellement de l'élevage et de la pratique de l'agriculture comme une activité secondaire.

La région d'Imilchil regroupe une vingtaine de bourgades réparties sur une aire géographique montagnarde d'environ 50 km.

La localité d'Imilchil est connue pour son festival appelé officiellement "Festival des fiançailles", traditionnellement "Agdoud N'Oulmghenni", grâce à la tribu des Aït Yaazza restée fidèle à la tradition du mariage collectif malgré la mutation au mariage individuel. Ce grand Moussem (foire) représente un lieu de rencontre où se tissent d'avantage les liens inter-tribaux.

Aït Ibrahim et Aït Yaaza étaient les deux fractions de la tribu des Aït Hadiddou en guerre l’une contre l’autre. La légende dit qu'une jeune fille Aït Yaaza aimait un beau Aït Ibrahim. Ils connurent la même destinée tragique que Roméo et Juliette, destinés à mourir sans pouvoir s’aimer ni se marier. Ils pleurèrent leur affliction et toutes les larmes de leur corps donnèrent naissance aux lacs jumeaux Isli (le fiancé) et Tislit (la fiancée). Leurs parents, repentis, décidèrent qu’une fois par an, jeunes gens et jeunes filles pourraient se choisir librement, et que ceux qui décidaient au moussem de se marier ne rencontreraient aucune opposition à leur union.

Depuis, se tient chaque année la cérémonie des fiançailles à Imilchil, ou plus exactement à une vingtaine de kilomètres au sud au village d’Aït Ameur, à côté du tombeau du marabout Oulmghenni. C’est la grande fête des Aït Hadiddou qui comprend encore de nombreux nomades et sur trois jours se succèdent tous les événements de la vie familiale (circoncision des enfants, fiançailles et mariages).

Pour une brève description de la distribution auprès des écoliers, cliquez ici.