Projet de microcrédit à taux nul

en faveur de femmes berbères en situation précaire

pour le développement d’activités génératrices de revenus

 

Définition et Principe du microcrédit classique

L'activité de microcrédit consiste généralement en l'attribution de prêts de faible montant à des entrepreneurs ou des artisans qui ne peuvent accéder aux prêts bancaires classiques. Le microcrédit se développe surtout dans les pays en développement, où il permet de concrétiser des microprojets favorisant ainsi l'activité et la création de richesse.

Le 13 octobre 2006, la mise en place et le développement à grande échelle de ce système ont été récompensés par le prix Nobel de la Paix attribué conjointement au Bangladeshi Muhammad Yunus et à la banque qu'il a créée, la Grameen Bank.

Une finalité orientée vers le développement local

Au-delà du simple aspect financier, les programmes de microcrédit ont aussi un impact sur le développement local. En effet, ils touchent des secteurs aussi divers que l'agriculture (groupements villageois, coopératives paysannes, organisations professionnelles agricoles), l'artisanat (groupements d'artisans, associations artisanales féminines), le financement de l'économie sociale (mutuelles d'épargne et de crédit, banques villageoises), la protection sociale (mutuelles de santé, caisses de santé primaire). Ainsi, ils contribuent à l'amélioration de l'accès aux services sociaux de base, aux soins de santé, aux services de planification familiale et à l'eau potable.

Des bénéficiaires souvent féminins

De plus, touchant des secteurs faiblement capitalisés employant souvent une main d'œuvre féminine, on peut considérer le microcrédit également comme un levier de revalorisation de la femme dans les pays en voie de développement, d'amélioration directe de leur sort (et de celui de leur famille) et comme un facteur d'évolution profonde des sociétés par le rééquilibrage qu'il induit entre les sexes.

Texte extrait de fr.wikipedia.org

 

Principe du microcrédit à taux nul de TIWIZI Suisse

La bénéficiaire est une mère de famille en situation précaire (par exemple veuve  et à la tête d'une famille de plusieurs enfants) souhaitant développer une activité artisanale (par exemple tissage de tapis et coussins) commerciale mais ne disposant pas des fonds nécessaires à l’achat des matières premières (telles que la laine, les fils, les colorants, etc. pour une activité de tissage).

Principe de la démarche : Exemple d'une tisseuse

Grâce à une première avance, notre intermédiaire sur place va pouvoir acquérir une certaine quantité de matières premières (laine, fils, teintures, etc) qui permettra à la tisseuse bénéficiaire de produire plusieurs tapis et/ou coussins d’avance sans attendre une commande privée. Aussitôt les produits artisanaux finis, ces derniers seront vendus à des particuliers ou à des boutiquiers en ville. Ainsi la bénéficiaire pourra rembourser le montant du microcrédit, sans intérêt, et retirer un bénéfice intéressant pour subvenir aux besoins de sa famille.

Un second microcrédit, aux mêmes conditions, lui sera alors proposé pour poursuivre le partenariat.

Une convention de partenariat sera établie entre l'Association TIWIZI Suisse, la personne bénéficiaire du microcrédit et notre intermédiaire sur place afin de définir la nature des engagements de chaque partie.

 

Cliquez ici pour couvrir la première bénéficiaire du micro-crédit Tiwizi.

 

Cliquez ici pour prendre connaissance du projet de création d'une Coopérative de tissage en faveur des femmes déshéritées du village de Taltefrawet